La Passion des BJD

Forum français de collectionneurs et customiseurs de Ball Jointed Dolls
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 4 Avr - 21:29

Voilà que ça me travail depuis quelques temps, la création de leurs histoire en roman ou plus spécifiquement, en fanfic
Elle permettra de mieux cerner mes BJDs, de comprendre leur liens, leur aventure commune, c'est pourquoi je n'en ai pas vraiment parlé pour le moment. Il y a quelque chagements par rapport aux PS de Hibari...C'est tout de même quelque chose de différent.

Attention, ici je tiens a garder le caractère de Hibari intact donc son vocabulaire est très...heu vulgaire par moment XD
Quant a Gareki (qui n'ai pas encore chez moi XD) il est beaucoup plus posé et surtout plus froid.

Cette histoire sera à chaque fois décrite par les deux points de vue, une fois sous les sentiments et réactions de Gareki puis sous celle de Hibari. Vous aurez donc la possibilité de voir cette histoire sous deux angles différents.

Melange de Fantasy, magie, combat et amour....
Bonne lecture pour ceux qui s'y oseront lol!



SABBIA
Les Devil's Hunter
Notre histoire se situe dans un monde ou la faune et la flore, les êtres vivants qui peuplent cette terre sont très diversifiés. Il y a des créatures pacifiques, pour la plupart herbivores mais aussi des créatures bien moins sympathiques qui ont une attirance pour la chaire. Tout cela reste ce qu’il y a de plus normal, pourtant la terre de Sabbia, cette immensité de lumière et potentiellement de noirceur, est convoité par la cohabitation des démons. Mais cette promiscuité n’ai pas du tout possible, ce monde est pourri de l’intérieur, les meurtres, violes et toute autre actes impardonnable sont tous fait par ces êtres sans scrupules, ils n’ont ni foi ni lois et ce prenne pour les dieux de ce monde. Nous sommes actuellement aux prise d’un conflit de l’humanité contre ses créatures, mais nous n’avons pas encore la solution à ce problème pour l’annihilé. Pourtant, une alliance a été créée afin de garder un semblant d’équilibre, la confrérie des « Devil’s Hunter ». Cette congrégation a été créée afin de protéger les villageois des assauts incessants des créatures des enfers, remontant à la surface afin de pourrir le monde de leurs actes barbares. Actuellement, la situation est plutôt stable grâce aux pouvoir des Hunters qui ont une capacité inné aux combats contre les créatures démoniaques. Il y a dans cette communauté de guerrier, différents grades à respecter et échelonner. Chaque grade a ses missions à accomplir. Le reste vous le découvrirez dans mes récits et avec mes yeux et mes pensées.

Je m’appelle Gareki, je suis un Devil’s Hunter, à ce jour je suis déjà bien classé dans les tableaux des combattants les plus fort et j’ai de ce fait déjà une certaine notoriété auprès du peuple. Bien que dans certaine ville je passe complètement inaperçu mais cela m’est égale, tant que je peux aider la populace à vivre en paix, je chasserais les démons de leurs terres pour leur crée un monde serein ou ils pourront vivre en paix. La reconnaissance n’a pour moi, rien d’important en soit. Par ce qu’en fin de compte, mon travail me permet d’assouvir ma vengeance. La raison de tant d’animosité, pour la connaitre il faut revenir 15 ans en arrière, à l’époque de me ma 7ème année, quand je vivais encore parmi ma famille.



Chapitre 1 :
Gareki : La découverte d’un sentiment nouveau

L’enfance est une vie remplis d’inconscience et de rêves. La joie des bêtises sans influence sur la vie futur tout en se forgeant le caractère et le savoir. Mais je n’aurais jamais pensé qu’en ce jour, alors que je n’avais que 7 printemps, j’allais découvrir la haine.

Je vis dans une petite ferme ce situant à la lisière d’un tout petit village au pied d’une montagne. Elle n’a pas de nom puisque si insignifiante que l’Etat de Sabbia n’a même pas prit la peine de la répertorier. Je ne le savais pas à l’époque mais ce village n’a pris vie que depuis deux ans et comme mes parents sont des gens du voyage j’ai pris l’habitude de changer de décors. Nous sommes arrivés un jour de printemps, l’hiver pour nous a été rude. J’ai deux frères et une sœur, le plus jeune de mes frères est tombé malade durant la rudesse de l’hiver. Mes parents n’ayant aucun moyen de payer un médecin, il est partit rejoindre mes grand parents à travers le voyage sans retour. J’avais alors 7 ans, un âge qui m’a permis de comprendre l’ampleur de la tristesse de mes parents suite à ce malheur, moi-même j’ai versé une multitude de larmes pour mon petit frère. J’ai aussi compris que la pauvreté n’estt en rien agréable puisque sans argent on n’a aucun moyen de subvenir à nos besoins, même si mes parents me rabâchaient que la vie contine et que c’est dieu qui nous mettait à l’épreuve. Moi je n’ai pas envie de croire en un dieu qui prend des vies aussi facilement que les démons sur notre terre, comment croire en lui alors qu’il m’a arraché mon petit frère ? Mes parents ont alors décidé de s’installer pour de bon dans ce petit village sans nom afin de vivre de nos cultures et pourquoi pas de la vente pour prévoir un nouveau cas de maladie.

Voilà quatre mois que je vis maintenant dans en ce lieu paisible et éloigné de toutes grandes villes. D’après le sage du village, afin d’atteindre la grande ville de Ajay il fallait deux jours de chevauchée pour y parvenir. D’un sens, j’ai un sentiment de tranquillité, la vie dans les villes peuplé, guidé par l’Etat ne m’inspire pas confiance, et je me sens pas du tout à ma place dans ces lieux qui ressemblent plus à des fourmilières qu’a une ville. Pourtant l’éloignement veut aussi dire le manque de soutiens militaire et l’impossibilité à recourir à la médecine dans les plus brefs délais. En cas d’attaque ennemi que ce soit briguant ou démons, nous n’avons aucun guerrier pour les tenir éloigner ou les faire partir. Mais à mon âge, je ne me pose pas ce genre de questions, ma seul préoccupation c’est l’amusement avec les enfants de mes voisins.

Je suis donc partit aux aurores alors que mon père commençait à labourer les champs avec les chevaux, pour rejoindre Mio, la fille du voisin. Elle est si douce et si gentille, j’aime sa compagnie plus que les enfants turbulents des autres villageois. Elle est déjà là, dehors, assise dans l’herbe à me sourire en me faisant signe de me hâter pour la rejoindre. Je souris bêtement, comme un enfant de mon âge complètement inoffensif et inconscient. Je m’approche en la saluant et pris place à ses côtés, j’entame ainsi la conversation.

- Alors Mio, on fait quoi aujourd’hui ?


Elle me fixe avec ses magnifiques yeux bleu océan, en parfait contraste avec sa chevelure doré lui cascadant jusqu’au bas du dos. Elle découvre ses dents dans un large sourire mais ses yeux, son expression semble contradictoire. Je me pose alors la question de savoir pourquoi elle semble vouloir me cacher sa tristesse.

- Tu parais bien triste ce matin…quelque chose c’est passé ?

Son sourire s’effaçe soudainement, laissant apparaître des larmes dans ses magnifiques yeux Saphir. Je me sentis bien bête à cet instant, était-ce moi et mes questions trop personnelles qui l’aient fait perdre le contrôle ? Je me mets à paniquer un peu puis lui attrape la main pour l’aider à se relever.

- Je sais…faisons comme si j’étais un prince et toi la princesse. Aujourd’hui je ferais tout ce que tu veux.

Elle prend sa main libre pour essuyer ses larmes et me regarde en acquiesçant de la tête. J’observe autour de moi pour lui trouver une monture digne d’une princesse. Mon choix c’est porté d’abord sur le cheval de ma mère, un animal mi bête mi démon. Malgré son mélange avec ses créatures que je ne porte pas dans mon cœur, cette créature est magnifique. Une robe d’un blanc incroyable, une crinière lui retombant jusqu’aux genoux et le morceau le moins attrayant, sa queue. Tout en lui ressemble à un cheval sauf cette partit semblable à la queue d’un reptile. Toutefois, les écailles qui la recouvrent brillent de mille feux. Ces chevaux hybrides sont appelés les Crusader et ont la capacité d’être extrêmement robuste et rapide sans compter qu’ils ont quatre magnifiques canines pour se défendre. Ils sont aussi très rares et très prisé, le souci, c’est qu’ils n’ont qu’un seul maître et il est impossible de les asservir tant que son propriétaire est en vie. C’est pourquoi après quelques secondes de réflexion, je décide de prendre mon poney. Petite monture mesurant 1m10 au garrot et complètement débile, de mauvais caractère 24h sur 24 et surtout très espiègle. M’enfin, c’est tout ce que je peux lui proposer. C’est pourquoi je me suis mis à seller Muck puis le dirigea à l’aide de sa bride, devant Mio.

- Votre majesté me ferait-elle l’honneur de m’accompagner jusqu’au lac ? Nous pourrons observer la nature et écouter son chant particulièrement agréable.

Elle me sourit mais ne parle toujours pas, préférant me tendre la main pour que je l’aide à gravir la terrible hauteur de ma monture de fortune. Je garde les rennes en mains et marche d’un pas lent vers la lisière de la forêt au pied de la montagne. Je ne peux pas vraiment aller plus vite, Muck prenant un malin plaisir à trainer ses sabots a la vitesse d’une limace. Après plus de une demi-heure à marcher dans le silence, nous arrivons enfin au lac tant attendu. Un endroit merveilleux, le soleil du matin tapant sur la surface de l’eau et faisant ainsi briller le lac de mille feux. J’aide Mio à descendre, attachant le poney à une branche puis nous nous allongeâmes dans l’herbe pour observer le ciel. Le silence reste installer entre nous, pourtant il n’est pas désagréable puisque le vent et les chants des animaux du lac nous berce dans leurs chanson.

- Tu sais Gareki…ce matin j’ai vomi beaucoup plus de sang que d’habitude…j’ai peur…

Je tourne mon visage vers celui de Mio qui observe toujours le ciel. Elle a une maladie incurable qui lui ronge l’intérieur du corps. Au début c’était que rarement, mais depuis une quinzaine de jour l’intervalle entre les crises c’est largement rapproché, trop rapproché. Malgré notre jeune âge, on nous a préparé au pire, c’est-à-dire nous mettre face la réalité sur la santé de Mio. Elle n’en a plus pour longtemps. Je ne sais pas quoi dire pour la réconforté, je sais très bien qu’elle souffre, son corps est constamment tendu, ses sourires ne sont qu’un masque pour cacher sa douleur et sa peur. Voilà encore quelqu’un que ce soit disant dieu va me prendre sans raison…

Je la regarde ce lever, saisir une pierre qu’elle fait ricocher sur le dessus du lac. Je peux distinguer, malgré le contre-jour, que des larmes venaient glisser son beau visage. Elle se retourne, me montrant ce visage humide sur lequel se dessine encore une fois ce sourire faux et douloureux. Puis la peur apparait subitement sur son visage, sa bouche s’ouvre à plusieurs reprises mais aucun son n’en sort, comme si sa gorge fut paralysée par la peur. Elle monte sa main pour me montrer du doigt quelque chose derrière moi, pointant le ciel. Je me lève rapidement pour observer la raison de sa crainte et que fut ma stupeur que de voir de la fumée et des flammes hautes dans le ciel.

Etait-ce notre village ? Je cours attraper les rennes de Muck et je fais monter Mio dessus, sautant derrière elle en talonnant mon poney pour le faire galoper à travers la forêt. A vive allure, nous arrivons près du village qui est bel et bien en proie aux flammes. Mais pas seulement, mon cœur ne fit qu’un bon quand je vis au milieu de cette horreur, des hommes étranges que je n’ai encore jamais croisé. Je n’ai pas eu le temps d’arrêter Mio qu’elle est déjà descendue de Muck pour courir à travers les habitations pour rejoindre sa mère au loin sous l’emprise de ses hommes inconnu. Je descends moi aussi de mon poney, courant derrière mon amie en prenant sur moi. J’ai peur, terriblement peur de ce qui se passe ici sous mes yeux puis je m’arrête brusquement devant l’horreur qui vient de ce passé devant moi. Du liquide vint souiller mon visage, j’ouvre grand les yeux, empli de terreur, je ne peux plus bouger, juste observer la scène devant moi. L’homme que j’ai vu au loin en arrivant, porte la tête de Mio entre ses doigts en la tenant par les cheveux. Le corps quant à lui est étendu au sol, inerte et macule le sol de son sang. Mon corps ne répond plus à rien, seuls mes yeux restent ouverts devant ce visage rieur et machiavélique de l’homme devant moi, ce sourire qui laisse apparaitre des canines bestiales et démonique. Vais-je mourir moi aussi ? J’ai peur, mais mon corps ne répond a aucunes de mes directives, je pense à ce que je dois faire mais rien en ce passe. Je ne peux qu’observer la main de l’homme ce lever haut dans le ciel pour commencer à s’abattre vers moi.

Je ferme les yeux, attendant l’impact sur mon visage ou tout autre endroit douloureux. Le bruit retentit mais je ne ressens absolument rien. Quand j’ouvre les yeux pour voir ce qui ce passe, mon père fait barrage entre moi et le démon. Je ne distingue que son dos, la peur me paralyse et me fait perdre le contrôle de ma vessie. Pensant être sauvé, car comme tout enfant de mon âge, on croit que son père sais tout faire, je déchante bien vite. Le bras de l’assaillant passe à travers le corps de mon paternel comme on transpercerait une tomate pourri. Les griffes de l’homme sont à une dizaine de centimètre de mon visage, le sang de mon père ayant giclé sur mon visage et mon corps encore une fois, je commence à pleurer, les larmes coulant sur mes joues tout en me retenant de gémir. Je ne vois aucune échappatoire, il me semble que je sois condamné à finir comme les miens. Mon père tombe au sol, m’obligeant à refaire face à l’assassin devant moi. Il s’avance avec son sourire satisfait et m’attrape le visage de toute sa main. Il me tire, je suis le mouvement car je ne peux absolument pas rivaliser avec une telle force surhumaine. Je ne vois pas où je vais mais je peux entendre que nous entrons dans une des maisons. Il y a du raffut et je peux percevoir à travers tout ce brouhaha, les gémissements de ma mère. Je me fais éjecter d’un geste brusque contre le mur de l’enceinte, me délivrant ainsi la vue. Sa main force ma tête à ce tenir droite et regarder droit devant. Mais oh mon dieu que j’aurais préféré devenir aveugle. Devant moi, à pas moins de trois mètres, ce trouve ma mère qui ce fait violer par des hommes aussi anormal que celui qui m’a tirer ici. Je suis choqué de la vision d’horreur que me provoque ce spectacle obscène, sans compté que la pièce est remplis de cadavres. Le malheur continu de s’abattre, je distingue avec effroi que mon frère et ma sœur sont parmi les dépouilles. Je ne veux pas mourir mais vivre avec ce souvenir n’est-il pas plus dure que la mort ? Quand on vient à croire que la vie va nous être retiré, qu’on ne voit plus aucun espoir, soit on abandonne soit on tente le diable. Moi, du haut de mes 7 ans, la rage grimpe en moi, je découvre la haine et l’envie de tuer par vengeance sans réellement savoir que ce sentiment s’appelait ainsi. Je fonce vers l’homme aux longs cheveux noir et à la cicatrice sur la joue qui m’a trainé ici, criant tout ce que j’ai dans les poumons en brandissant un morceau de verre provenant d’une fenêtre brisé derrière moi. Un acte irréfléchi et certes inutile, pourtant je l’ai fait. L’homme m’attrape par le poignet qui maintiens mon arme de fortune, il me soulève pour que je me retrouve a hauteur de son visage. Je peux maintenant le distinguer parfaitement, ses longs cheveux noir retombant dans son dos, des yeux aux iris rouge sang, la joue droite surmonté d’une cicatrice profonde en forme de croix et surtout, ses canines monstrueuses qui s’affichent derrière son sourire.

- Alors petit déchet ? Que dirais tu de voir cette femme finir les boyaux a l’air ?

J’ai terriblement peur, je n’ose pas régir, je ne peux que pleurer ma pauvre situation. Je ne suis rien, pour l’Etat, nous pauvre paysans nous ne sommes pas assez important pour qu’il daigne faire déplacer ses soldats. Je me résigne, je perds l’étincelle qui me donnait encore envie de me battre. L’homme sourit toujours, ma vision est altérée par les larmes dans mes yeux. Il me tourne et me met face à ma mère qui me suppliait de fermer les yeux. Le démon sur elle s’écarte et lui ouvre le bas ventre d’un coup de griffe. Je ferme les yeux instinctivement, je ne veux pas voir ça, je veux que tout ça ne soit qu’un cauchemar et que je vais bientôt me réveiller. Mais la réalité me saute à nouveau aux yeux, la douleur d’un gros coup dans le ventre qui me fait rouler sur le plancher jusqu’à me cogner dos au mur de la maison. Je n’arrive plus a respirer correctement, le démon ce dirige vers moi avec son air tyrannique puis un bruit de coup de feu, un démon tombe au sol et force celui aux cheveux noir de s’arrêter. Je lève mon regard pour voir passer une personne avec une longue veste noir. Qui est-il ? Que viens-t-il faire ici dans un endroit aussi reclus et surtout, vient-il en aide au village ?

La dernière chose que je pu voir, fut cette longue veste noir et le visage du démon pris d’un rictus de haine. Je sombre dans le néant, mon esprit me lâche, j’entends encore quelque secondes le bruit d’un combat puis le silence s'installe.


Dernière édition par Hibari le Dim 10 Juin - 20:22, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 4 Avr - 21:40

Bonne idée de faire une fanfic super
Gareki a l'air trop classe *___* hâte de le voir et de savoir 8D
Revenir en haut Aller en bas
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 4 Avr - 21:50

Merci ^^
j'ai hâte de faire rencontrer Gareki et hibari, mais plusieurs choses a mettre en place avant de les mettre en duo ^^
Chacun a son histoire a passer en revu avant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamityjess
Gourou de la Résine
Gourou de la Résine
avatar

Nombre de messages : 3853
Age : 33
Localisation : Nice
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Dim 8 Avr - 13:14

trop bonne idée (ça fait un moment que je rêve de faire la même chose avec mes miens afin de compléter mes PS mais je suis nul pour ce genre d'exercice ^^')

quel début, c'est juste horrible, on comprend facillement comment il a pu devenir ainsi après tout ça >< j'ai hâte de lire la suite c'est vraiment bien écrit et ça promet !

*l'image claque trop *_*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 11 Avr - 14:54

Je veux voir Garekiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!! Et je veux la suite!!! 8D
Revenir en haut Aller en bas
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 11 Avr - 19:05

Réponses :
Spoiler:
 

Chapitre 1 : Suite


J’ai mal, mon corps me fait souffrir de partout, comme si j’étais passé sous une charrue avec des chevaux au galop. Mes yeux ont de la peine à s’ouvrir, pourtant je leur demande de le faire avec insistance. Chose que j’arrive à exécuter après plusieurs minutes à émergé du monde dans lequel je me suis effondré. La clarté de la pièce me fait plisser les yeux, je cligne plusieurs fois des paupières tout en me frottant les yeux du revers de mes doigts. Je me redresse lentement et je m’assois attendant que ma vision devienne plus nette. Pendant ce temps, j’essaie de me souvenir ce qui s’est passé. Pourquoi mon corps me fait-il autant souffrir ? Ai-je fais une chute de Muck, mon poney ? Tout est brouillé dans ma tête. Ma vision devient assez potable pour que je puisse observer la pièce dans laquelle je me trouve. Elle est plutôt spacieuse, et beaucoup de lits d’un blanc éclatant jonchent toute sa longueur. Il y a des rideaux fermés sur certaines couchettes, mais l’endroit m’est totalement inconnu. Ce n’ai pas mon chez moi, ou est ma famille ? Mes yeux s’ouvrent grand, j’ai mal à la tête, tous mes souvenirs reviennent dans mon esprit comme un film qu’on passerait en avance rapide. Les images du village en feu, les démons dans l’allée centrale, les morts…Je revois Mio décapité, ma mère sous l’assaut violente d’un démon, son corps éventré, ma famille, mon village, tout a été pris par ces horribles créatures des enfers. Je mets ma main sur mon visage, les larmes me montent aux yeux pour finir par couler sur mes joues. J’ai envie de hurler, de frapper tout ce qui se trouve autour de moi…je veux oublier, disparaître de ce monde trop dur et sinistre. C’est plus fort que moi, je me mets à hurler tout ce que j’ai dans les tripes, j’ai mal, cette fois pas physiquement mais mon cœur me sert, j’ai l’impression que tout s’écroule autour de moi…j’ai tout perdu….

Je frappe mon lit, le mur de mes petits poings enfantin, tout ce qui se trouve à ma portée se retrouve assaillit par ma colère, ma peur et mon désespoir. Mais je n’ai pas le temps de me faire du mal, une personne viens me plaquer contre le lit, une femme d’après ce que j’ai pu entrevoir avant de me retrouver, après une petite douleur dans le cou, complètement stone. Je pensais que j’allais m’endormir, mais ça n’arrive pas. Je peux voir les gens qui s’affairent autour de moi, des gens en blouse avec une croix rouge brodé de tout son contour d’un doré étincelant sur leur épaule droite. Des médecins ? D’après l’insigne, je suis entre les mains de la congrégation médicale de Xenos, appelé plus communément la congrégation des Devil’s Hunter.

J’observe leurs mouvements sans vraiment les comprendre, ils parlent entre eux mais je ne comprends rien. Que vais-je devenir ? Vais-je finir dans un orphelinat ? Certainement pas, je suis un gamin sans identité, ils vont surement me jeter à la rue une fois qu’ils auront compris que je ne leur servirais à rien. On me pose des fils étranges sur le corps, de curieuse machines fond des bruits incessants, des cliquetis, un papier sort et tous les médecins observent le contenu. L’un d’eux part avec d’un pas rapide, me laissant avec les infirmières qui prennent ma température et mon pouls. Je suis vidé, mais mes souvenirs sont toujours là, devant mes yeux, les humidifiant de larmes de colère, de haine. Je ne ressens rien d’autre que cette terrible envie de tuer ce démon aux longs cheveux noirs et à la cicatrice sur la joue.

Encore une fois j’ouvre les yeux, je me suis donc quand même endormi après la piqure que j’ai reçue. L’endroit n’a pas changé, je suis toujours au centre de médecine mais cette fois des rideaux blanc me cache du reste de la pièce. Je visualise lentement le contour quand mon regard ce stop sur un homme, assis sur une chaise, les bras croisés. Celui-ci ne doit pas faire partie de la section de médecine, il est totalement différent. Bizarrement j’ai l’impression de l’avoir déjà vu pourtant je n’arrive pas à me rappeler quand et où. Il me fixe avec son regard froid et sérieux, ses pupilles couleur or sous ses long cheveux écarlate me rendent mal à l’aise. A ce que je peux déduire de son apparence, il doit avoir plus d’une trentaine d’années, et son style vestimentaire est assez particulier puisqu’il porte un pantalon brun en cuir, surmonter de grosses chaussures noir impressionnante remontant jusqu’au genou, sans compter que son haut est d’un blanc virant au gris. A mon avis, il doit surtout être sale, il y a une tâche de sang sur sa poitrine. Il se redresse dans sa chaise, posant ses coudes sur ses cuisses et approche son buste en croisant ses mains sous son menton.

- Dis-moi petit…quel est ton nom ?

Je suis effrayé, tout est inconnu ici et il vient me parler comme si de rien était.

- Gareki, … Monsieur

Il me fixe toujours, je n’arrive pas à soutenir son regard étrange. Je détourne les yeux pour les poser sur mes mains devant moi. Je suis inquiet quant à mon avenir…que va faire la congrégation de moi ? Je n’ai pas de pouvoirs tel que les leurs, je ne leur serais d’aucune utilité à moins de me faire faire les tâches ingrate.

- Détestes-tu les démons ?
- Je les hais ! Je les tuerais !

Je réponds dans foulé de la question, élevant la voix, crispant mes doigts sur les draps du lit. Je les déteste, je veux tous les tuer, être un démon est une abomination en soit… Je lève mon regard haineux vers cet homme qui me pose une question aussi stupide. Qui en ce monde apprécierait un démon ? Il faudrait être fou !

- Suis-moi gamin…je vais te montrer quelque chose.

Je suis surprit ma crispation ce calme et je tire le drap pour m’assoir sur le bord du lit. L’homme se lève et me jette un dernier coup d’œil avant de passer entre les rideaux. Je pose mes pieds nus au sol, c’est froid, mais une paire de petits chaussons sont positionnés juste devant moi. Je ne comprends pas ce qu’il se passe ici mais je n’ai pas vraiment d’autre choix que d’obéir. Je les enfile et je passe les rideaux à la suite du Hunter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 11 Avr - 19:19

J'attendrais! 8D

J'ai tout bien luuuuuuuuu!!! *0* J'aime toujours! Ca me donne vraiment envie de savoir la suite!
Bravo et continue comme ça! ^^


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 11 Avr - 19:41

Oui je vois pas toutes les fautes T_T

Pourtant je me relis, j'utilise un correcteur mais je vais ouvrir grand les yeux et essayer de faire le moins de fautes possibles ^^

En tout cas je suis contente que mes récits plaisent un peu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 11 Avr - 19:49

C'est pas grave je comprend! ^^
L'histoire fait envie ça c'est certain!
J'ai déjà commencé à écrire quelques bouts de l'histoire de ma petite Adélie-Rose, tu me donne envie d'écrire encore plus! XD
Revenir en haut Aller en bas
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 11 Avr - 19:58

Cool !! Quand tu posteras, j'irais lire ^^

Pour l'histoire, je pense que tout va ce compliquer, j'aime les trucs un peu tordu (mais quand ils sera adulte et quand Hibari fera son entrée)
Lire des tonnes de manga ça aide pour l'imagination XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 11 Avr - 20:10

Merciii ^w^ (ça parle de Jack l'éventreur, on aime ou on aime pas ^^' hé hé)
Ha ha XD tant que ça reste comprehensible ça ira! ^^

Ho oui j'en lis un max aussi XD
Revenir en haut Aller en bas
calamityjess
Gourou de la Résine
Gourou de la Résine
avatar

Nombre de messages : 3853
Age : 33
Localisation : Nice
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Jeu 12 Avr - 15:22

trop bien la suite !!!! Pauvre petit chou ça va être dur pour lui à supporter tout ça, mais bon il semble avoir trouver quelqu'un de bien, enfin j'espère ^^

*Peut-être un jour je tenterai un truc mais bon je sais pas encore par où commencer ni si j'utilise un des perso comme narrateur ou non ^^' enfin c'est pas gagner lool après l'histoire j'ai tout en tête vu que pour mes PS j'ai déjà en tête où je veux aller et la fin de l'histoire donc les idées sont déjà là ^^*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Ven 13 Avr - 12:20

Réponses
Spoiler:
 

Chapitre 2 :
Gareki : Démon et Démon


Je suis silencieusement l’homme devant moi, il est terriblement grand ou alors c’est moi qui suis ridiculement petit. On passe la porte de ce qui semble être l’infirmerie pour arriver dans un couloir immense. On pourrait faire passer dix chevaux côte à côte dans cette allé tellement l’espace est présent. Mes yeux ne savent plus où regarder, les murs sont couverts de multitudes de tableaux représentant des guerres entre hommes et démons. Sous les fenêtres qui illumine cet espace incroyable ce trouve de longs rideaux rouge brodé de l’insigne des Devil’s Hunter, c’est-à-dire une rose des vents avec un dragon doré entremêlé dans ses branches. Je ne saisis pas vraiment la signification exacte de ce symbole, peut-être que je pourrais en apprendre un peu plus grâce à l’homme devant moi. Il marche vite, je suis obligé de courir à plusieurs reprises pour ne pas me faire trop distancer. Il bifurque à droite alors que nous arrivons au bout de ce long couloir, celui-ci reprend de plus belle dans cette nouvelle direction. Il tourne plusieurs fois, cette endroit est un vrai labyrinthe, seul, je ne retrouverais jamais mon chemin. Nous arrivons sous un arc qui nous dirige à l’extérieur. De ma courte vie, je n’ai jamais vue spectacle aussi magnifique. Une jungle à l’intérieur même de Xenos ? Elle dégage un quelque chose de spécial, tout nous enivre, le simple faite de la regarder nous apaise. Est – ce un paradis ? Je frissonne, l’homme me fixe du coin de l’œil alors que j’observe attentivement ce nouvel endroit. Malgré tout, je sens son regard posé sur moi, je me sens mal à l’aise encore une fois, il m’impressionne énormément au point que je ne peux pas le regarder directement. Je me focalise sur ce nouvel environnement des plus improbables. Pourquoi une jungle tropical dans un bâtiment ? Je lève les yeux et vois une sorte de dôme très haut perché.

- Tu dois te demander pourquoi la nature a fait son nid ici je suppose…

Je sursaute quand la voix grave de l’homme me parvient aux oreilles. Effectivement, je ne comprends pas le sens à ce genre de phénomène. Sert-il à quelque chose ? Ou est-ce un caprice de certains membres de la confrérie ? Je pose mes yeux timidement dans les siens, acquiesçant à sa question.

- Sache que Xenos ne protège pas que les humains… Ici ce trouve les créatures blessé qui sont en convalescence. Etre un Devil’s Hunter ne consiste pas uniquement d’aider une race, mais d’aider ceux qui sont en difficultés.

Je ne saisis pas vraiment ce qu’il cherche à m’expliquer. Alors ce petit paradis est créé comme une chambre de repos pour les animaux en guérison ? Je ne vois pas ce qui peut vivre dans un endroit pareil…

- Suis – moi…

L’homme entre dans la jungle, poussant les immenses feuilles de la végétation si abondante qu’on a du mal à se déplacer. On arrive dans une sorte de petite clairière avec un ruisseau éclairé par le dôme qui donne sur l’extérieur. Il y a différentes créatures qui s’abreuvent, partant en précipité quand ils nous voient arriver pour se cacher dans la végétation avoisinante. L’homme tend le bras et pointe du bout de son doigt un point au loin.

- Vas-y …

Je m’exécute lentement, je ne tiens pas à mettre en colère cet homme que je ne connais pas. Je suis effrayé mais terriblement curieux. J’arrive au bord du ruisseau pour me retrouver devant une magnifique jeune femme aux cheveux doré lui cascadant jusqu’au fesses. Son visage est magnifique, aucune imperfection, il est fin et sa peau semble douce. Elle dégage un parfum végétal comme si elle faisait partit de cet environnement. Je recule de plusieurs pas la raison, les quatre choses qui se mettent à battre dans son dos. Une femme papillon ? Je n’ai jamais vu ça. Elle ouvre grand ses ailes transparente et aux multiples couleurs derrière elle, laissant virevolté une espèce de poussière autour d’elle.

- C’est une fée, Gamin…mais aussi appelé Démon…

Je suis bouche bée devant une telle splendeur, comment un démon peut-il ressembler à ça ? Les démons ne sont-ils pas censé avoir un rictus de haine et de perversité sur leur visage ? Est-ce une nouvelle façon de nous avoir, nous prendre dans leurs filet ?

- Serais-tu capable de la tuer ?

Je ne sais pas quoi répondre, il est certain que je ne pourrais pas lever la main sur elle, elle est splendide et semble complètement inoffensive. J’ai pourtant quelque chose qui me bloque, mes muscles sont de plus en plus moue et j’ai du mal à tenir sur mes jambes. Je tombe à genoux devant le ruisseau, sous les yeux de l’homme qui me regarde.

- Je…mon corps deviens subitement faible…qu’est-ce que j’ai ?

L’homme s’approche de moi, la fée recule instinctivement à sa proximité. Il passe son doigt sur mon visage et me le montre. Il y a une espèce de particule de poussière qui recouvre maintenant son doigt.

- De la poudre anesthésiante, cette fée, que t’imagine inoffensive par son apparence n’est pas aussi gentil que tu le crois. Si tu étais seul dans la nature, tu serais condamné, gamin.

Il m’attrape par le bras et me jette sans ménagement dans le ruisseau, me coulant la tête sous l’eau, m’empêchant de remonter prendre de l’air. Après quelques secondes il me tire hors de l’eau et me lâche. J’ai le cœur qui bat la chamade, j’ai vraiment cru y passer. Je ne comprends pas cet homme. Est-il gentil ou méchant ?

- Tu devrais pouvoir bouger maintenant. L’eau canalise la poudre sur le corps et le nettoie. C’est simple mais faut le savoir…

Je suis surprit, et fixe l’homme avec un air abrutit. Je ne sais vraiment rien de ce monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamityjess
Gourou de la Résine
Gourou de la Résine
avatar

Nombre de messages : 3853
Age : 33
Localisation : Nice
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Ven 13 Avr - 14:03

rooooo c'est vraiment génial, ce monde semble vraiment incroyable et grace à tes descriptions j'imagine totallement la scène ^^ franchement j'adore et j'ai hâte de lire la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Ven 13 Avr - 15:25

Pareil que calamityjess!! Super hâte de lire la suite!! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Ven 13 Avr - 21:08

Réponse
Spoiler:
 

Chapitre 2 : suite

Je suis trempé, mais par chance, l’endroit est très bien chauffé, son climat est doux et agréable. J’ai la tête qui tourne un peu, alors je m’assois dans l’herbe sous le regard de l’homme à mes côtés qui s’allume une sorte de cigarette noir.

- Que dirais –tu de devenir un Chasseur de démon ?

Je le regarde avec de grands yeux ronds, le genre de regard qui veut dire que je n’en crois pas mes oreilles. Moi devenir un de ces chevaliers tout puissant ? C’est impensable, je n’ai aucune capacité. L’homme qui ne m’a toujours pas décliné son identité ne semble pas me faire une farce, il a un air sérieux et semble attendre ma réponse. Dans ma tête, j’ai peur, mais mon envie de vengeance est aussi placée dans mon cœur et mes pensées. Pourrais-je venger ma famille en devenant un Hunter ? Il semble que je puisse tirer parti de la situation. Alors que je m’apprête à répondre, le feuillage ce met a bruisser derrière nous, instinctivement je me lève sur mes jambes et me tourne pour reculer de quelques pas en arrière. Sort d’entre les feuillages un petit garçon qui semble avoir le même âge que moi, mais ses yeux m’interpelle. Ces pupilles rouge sang me rappelle soudainement le cauchemar que j’ai vécu dans mon village. Il possède ces mêmes prunelles qui me hérissent le poil sur tout mon corps. Je sers les dents et durci mon regard. Comment ce monstre peut-il m’approcher avec un sourire pareil ? S’il vient trop prêt je le frappe et si j’avais de quoi me battre je lui trancherais la gorge ! Je regarde autour de moi discrètement, cherchant de quoi me défendre, mon regard se pose sur un morceau de bois assez pointu par sa cassure pour rentrer dans la chaire. Je fonce, l’attrape entre les mains et viens me placer devant le gamin en position agressive. Ma réaction ne se fait pas attendre, je me dirige vers lui, prêt à lui faire mordre la poussière, celui-ci semble effrayer et tombe le cul au sol mais je me retrouve soudainement dans les airs, mes pieds ballotant dans le vide. Au début, je pédale bêtement en pestant tous les gros mots que mon vocabulaire connait, puis je me calme en tournant le regard vers l’homme qui me tiens par l’arrière du col de mon habille.

- Eh bien, calme-toi. Tu essai de te battre contre un enfant des eaux. En somme, un esprit sacré…

J’y comprends rien, je ne savais pas qu’on pouvait voir les esprits … Ne sont-ils pas normalement à l’effigie d’animaux ? Je fixe cet enfant qui a le regard triste alors qu’il était arrivé ici avec le sourire. Mon geste la blessé, je me sens un peu mal et ma vision des « Démons » deviens de plus en plus flou. Qui croire ? L’apparence semble être complètement inutile puisqu’elle ne reflète pas la réalité…il me semble. Je tourne le regard vers l’homme qui me pose enfin dans l’herbe.

- Essayez-vous de me faire comprendre quelque chose ?

L’homme sourit, sa cigarette noire entre les lèvres. Ai-je touché juste ? Constatant qu’il ne va pas me répondre tout de suite, je m’avance vers le jeune garçon et m’accroupis devant lui. Il évite mon regard, comme je l’avais fait plus tôt devant l’homme qui m’accompagne. Maintenant que je suis aussi prêt, je peux l’observer plus en détail. Il a de longs cheveux noirs et son corps est très fin. Il est légèrement plus petit que moi et son regard écarlate me trouble toujours autant.

- Salut, je suis désolé…je ne savais pas …qui tu étais réellement…Je m’appelle Gareki !

Il daigne enfin lever les yeux vers moi mais je sens toujours de la timidité dans ses gestes.

- Je m’appelle….Toki.

Je luis souris pour essayer de l’apaiser même si au fond de moi je ne suis pas sûr de pouvoir accepter son apparence. Actuellement c’est compliqué, tout est encore trop frais dans ma tête et mon cœur, je me lève lentement puis me tourne vers l’homme.

- Je veux…devenir fort et apprendre à discerner le vrai du faux…

Il me fixe, souffle la fumée de sa bouche puis jette sa cigarette bizarre dans l’eau.

- Suis – moi, nous allons voir ce que pense notre cher oracle de tes capacités latentes.


Dernière édition par Hibari le Mer 18 Avr - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamityjess
Gourou de la Résine
Gourou de la Résine
avatar

Nombre de messages : 3853
Age : 33
Localisation : Nice
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mer 18 Avr - 19:20

nyuuuu c'est trop bien <3 mais ça va être bien dur pour lui on dirait, va falloir qu'il s'accroche ^^ en tout cas le petit toki le pauvre a eu la peur de sa vie ^^'

vivement la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Sam 21 Avr - 15:54

Meuuuh j'avais même pas vu que la suite était là!!
Le décor se plante c'est bien c'est bien! Il est classe ce monsieur 8D
C'est super que t'arrives à écrire vite comme ça, moi je rame XD
Mais j'ai enfin écrit le début de la mienne! ><
Revenir en haut Aller en bas
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mar 24 Avr - 11:24

Merciiiii ^^
Bon la suite met un peu de temps a être écrite, chapitre plus long et je décris pas mal les décors et les rencontres...
C'est un passage important sur la mise en avant (enfin restons un peu mystérieux) sur les capacité de Gareki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamityjess
Gourou de la Résine
Gourou de la Résine
avatar

Nombre de messages : 3853
Age : 33
Localisation : Nice
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Mar 24 Avr - 23:17

on attendra y a pas de soucis, surtout si c'est bien long <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Ven 27 Avr - 12:19

Chapitre 3
Gareki : Glikeria (partie1)

Nous quittons ce magnifique terrain de verdure pour retourner sous les arcades du bâtiment principal. Je ne jette pas un seul coup d’œil derrière moi, ce Toki ne m’intéresse pas plus que ça et je ne suis pas sûr que nous soyons amenés à nous revoir dans le futur. D’ailleurs j’avoue que je n’ai pas vraiment envie de me lier d’amitié avec un personnage qui ressemble autant à ceux qui ont tué toute ma famille… Je suis peut-être égoïste mais je n’ai que 7 ans et ma vision du monde est comme enchainé dans ce cauchemar que j’ai vécu. Je marche silencieusement derrière l’homme, levant de temps en temps le regard pour observer son dos. J’ouvre la bouche pour enfin oser lui poser une question qui me trotte dans la tête depuis un moment.

- Dites-moi…puis-je savoir comment vous vous appelez ? Vous me trainez partout en ces lieux mais je ne sais même pas qui vous êtes.

Il continue d’avancer en tournant légèrement la tête, assez pour que je puisse distinguer le coin de ses yeux qui m’observe en silence. Il ne semble pas vouloir répondre à ma question, ce qui me met vraiment mal a l’aise et surtout me stresse. Mon visage ce crispe, j’en ai marre de suivre cet homme qui ne décline même pas son identité. C’est pourtant facile de donner son nom, pourquoi il n’a pas commencé par-là ? La politesse fait qu’on se présente avant tout autre chose mais il ne semble pas de cet avis. Enervé, j’ouvre la bouche quand une sorte de masse tombe entre nous deux faisant un bruit sourd quand il touche le sol. L’homme fait une drôle d’expression, blasé et complètement indifférent, puis frappe d’un coup de pied dans le truc au sol qui se met à gémir puis hurler. Je mets mes mains sur mes oreilles, c’est vraiment aigu et horrible à entendre. Quand j’ouvre les yeux je vois devant moi une masse blanche, ou plutôt une longue chevelure blanche qui sautille dans tous les sens. Je relâche mes mains pour laisser pendre mes bras le long de mon corps en observant la scène devant mes yeux. Une petite fille, qui dois être un peu plus jeune que moi, tiens tête à l’homme qui m’accompagne en lui sautant sur le bras, mordant a pleine dents dans la chaire. Celui-ci chope la fillette par le cou et la colle au mur, sèchement mais pas violement. Elle riposte par de multiples coups de dents dans sa main, faisant pester l’individu.

- Oksana !! Continue tes conneries et j’le dis au vieux…

Bizarrement cette phrase calme instantanément la fillette qui pose maintenant les yeux sur moi. L’individu lâche sa prise, laissant Oksana venir vers moi en roulant des mécaniques. On dirait une sorte de garçon manqué, elle a des habilles de mec alors que c’est une fille. Heureusement qu’elle a de long cheveux blanc ce terminant en boucle a leurs extrémités, sinon il serait impossible de déterminer son appartenance. Son visage est maintenant extrêmement prêt, assez pour que je puisse sentir son souffle sur ma figure et percevoir à la perfection le bleu très clair de ses prunelles. Elle se redresse puis fixe l’homme avec des yeux moqueur.

- Tu t’intéresses aux gamins maintenant ? Je ne sais pas ce que tu lui trouve … Je vous suis depuis un moment, il est tout chétif et sans caractère...
- Par ce que tu crois que tu es un critère de sélection ? Reviens me voir dans 10 ans…sale gamine.

Elle ne semble pas vouloir continuer la querelle, me jetant un dernier regard agressif en me tirant la langue avant de continuer sa route en courant dans l’immense couloir menant vers la jungle intérieur. Je me demande bien ce que faisais une fille de son âge dans un endroit pareil et puis c’est qui le « vieux » ?

On reprend notre marche à travers les couloirs, on croise plusieurs Hunter sans leur adresser de mot autre que « bonjour ». Il semble que l’amitié n’est pas de mise entre eux. Je suppose que c’est comme partout, les affinités ne sont pas toujours compatibles. On arrive devant une immense double porte gravé de dorure extravagante. Je me demande pourquoi elle est aussi haute et large. Elle prend toute la largeur du couloir quant à la hauteur, elle doit bien faire dans les 4 ou 5 mètres. Elle doit être terriblement lourde, comment il va ouvrir une telle porte ?

Il stop devant elle à moins de deux mètres et sort un pistolet étrange avec un canon très large et gravé de l’insigne des Devil’s Hunter. Il charge puis tire sur la porte, le bruit du coup de feu me fait sursauter et je recule instinctivement. Ce qui sort de cette arme n’ai pas une balle normale, elle semble chargé de quelque chose de complètement différent, la trajectoire du projectile a laissé une trainé bleuté qui c’est disperser sur toute la porte. Un son de cloche retentit dans l’enceinte, le sol vibre sous mes pieds puis les porte commencent à s’ouvrir. Quel est le mécanisme d’ouverture d’une telle masse ? Je suis bouche bée, voilà moins de une heure que je suis ici, réveillé, et j’ai vu des choses si inimaginable que ça me rend terriblement inquiet. L’homme passe les portes qui ne se sont ouverte que d’un espace de deux mètres, nous arrivons dans un endroit sombre et une fois les portes refermé derrière nous, nous somme entièrement engloutit dans le noir.

- Valgus !

Des torches ce mirent à s’allumer comme des dominos des deux côté de la paroi. Le chemin descend en escalier vers les profondeurs de la terre, je ne vois même pas le bout avec la lumière. Le chemin est toujours aussi large, il doit y avoir une raison, quelque chose doit être enfui la dessus. Je n’ai pas envie d’y aller, j’ai peur, j’ai l’impression que mon cœur va sortir de mon corps tellement il cogne dans mon torse. Je reste figé, laissant l’homme descendre les premières marches avant qu’il ne s’arrête pour me fixer.

- Dépêche – toi ! Tu veux devenir plus fort, alors commence par surmonter tes angoisses, gamin. Tu es au sein de la congrégation de Xenos, je pense que tu devrais comprendre qu’ici, on est loin de vouloir te faire du mal.

Il me tourne une nouvelle fois le dos et continue de descendre les marches d’un pas rapide. C’est vrai que en y réfléchissant, je suis dans une communauté de tueurs de démons, ils protègent les faible contre le joug des enfers. Je n’ai donc rien à craindre, je me dois de leurs faire confiance et devenir l’un d’eux. Je rejoins mon guide en courant pour diminuer l’écart entre nous, malgré que je sache plus ou moins ou je me trouve, je ne suis pas tranquille pour autant. Nous descendons dans les profondeurs de la terre pendant de longues minutes, un silence pesant c’est installer encore une fois, juste le bruit de nos pas résonnent sur les parois pour revenir en écho.

On arrive au bout du couloir ou se trouve une simple porte en métal. Mais en regardant plus attentivement, cette porte est ancrée à l’intérieur même de deux portes identiques à celle qu’on a passé plus haut. Je suppose que c’est pour des raisons de simplicité d’ouverture… Il passe la porte et attend que je la franchisse pour la fermer derrière moi. La pièce est elle aussi plongé dans le noir et je sens un terrible courant d’air. Je plisse les yeux, essayant de m’adapter à la pénombre de l’endroit mais impossible de déterminer l’agencement de la pièce. La lumière arrive d’un seul coup, mais uniquement sur les extrémités de cette immensité. Oui, immensité car tout ressemble à une arène des plus lugubre. Un terrain rond au centre, un précipice sans fin qui l’entourent puis des gradins pour je ne sais quel raison. Je fixe l’homme d’un air interrogateur et surtout inquiet. Il sourit du coin des lèvres et s’allume une nouvelle fois un de ses cigarette noir dont j’ignore leur contenue.

- Tu vas aller au centre, seul, de là, Glikeria va sonder ton âme et tes capacités latentes pour les débloquer.
- Glikeria ?
- Tu verras quand elle viendra… Mais une fois au centre il te sera impossible de faire marche arrière. C’est ta dernière chance de reculer et vivre toute ta vie comme une pauvre victime.

Je ne sais pas ce qu’il essaie de faire, mais dit de cette façon, j’ai l’impression que je n’ai qu’un seul choix devant moi. Je m’approche du précipice, comment veut-il que je rejoigne le centre ? Il doit bien y avoir trente voir quarante mètre entre ici et le point que je dois rejoindre.

Deux coups de feu retentissent à nouveau, me faisant sursauter. Leur impact vinrent cogner sur deux torches ce trouvant de chaque côté de moi, les allumant d’une flamme bleue très vive. Le sol tremble, me faisant tomber sur les fesses. Devant moi, sortant de la paroi, un pont vint lier les deux endroits pour me crée un passage.

- Vas-y et bonne chance.

Il semble prendre plaisir à me dire ça, je me demande si ce type est foncièrement bon ou mauvais. Je n’arrive pas à le comprendre. Je me relève et frotte mes fesses pour commencer mon ascension vers le centre. Mes pas sont hésitants mais je me dirige malgré moi vers la plate-forme. Je m’ose a jeter des coups d’œil de part et d’autre du pont, le précipice semble sans fin, je ne vois que du noir a perte de vue. J’arrive enfin à destination, une fois mes deux pied sur le socle centrale, le pont repart là d’où il vient dans un bruit lugubre.

Je déglutis, que va-t-il m’arriver ? Que dois-je faire maintenant ? Le silence est subitement rompu par des crépitements lointains. Comme si quelque chose d’électrique venait s’approcher de l’endroit. Je m’avance lentement vers le bord à quatre pattes, jetant un coup d’œil dans el précipice, un courant d’air venant secouer mes mèches brunes devant mon visage. Au fin fond de l’abîme, je peux distinguer une lueur qui remonte rapidement. Mes yeux deviennent de plus en plus rond au fur et à mesure que cette chose approche, plus elle grimpe plus je peux déterminer sa forme. Mon cœur s’accélère, j’ai peur, je recule violemment sur mes fesses pour retourner au centre. Quel idiot je suis, pourquoi je suis venu ici ?!


Dernière édition par Hibari le Sam 28 Avr - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamityjess
Gourou de la Résine
Gourou de la Résine
avatar

Nombre de messages : 3853
Age : 33
Localisation : Nice
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Ven 27 Avr - 13:45

woaaaaaah c'est trop trop trop bien

édit: je me rend compte que mon com n'a même pas été envoyer entier >< donc je disais que j'adore ton univers, ta façon d'écrire, que tout y est superbement bien décrit, on s'y croit vraiment, et je plains ce petit bonhomme qui se retrouve ainsi même si l'homme qui lui sert de guide n'est pas spéciallement méchant il pourrait faire un petit effort.

Sinon c'est pas juste de couper comme ça je veux la suite, savoir ce qui va lui arrivé, qui est "le vieux" et la petite aussi je veux en savoir plus sur elle, bref je veux la suite !!!


Dernière édition par calamityjess le Sam 28 Avr - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Sam 28 Avr - 0:50

Han! Comment ça nous laisse sur notre faim XD
Il m'intrigue ce monsieur aussi! >w<
Ton univers est bien construit en tout cas ^^ enfin moi ça me plait, on voit que tu prend plaisir à l'écrire et c'est top! Merci bien ^__^
Revenir en haut Aller en bas
dorothey:.BJD
Passionné(e)
Passionné(e)
avatar

Nombre de messages : 1228
Age : 21
Date d'inscription : 10/04/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Dim 29 Avr - 7:32

Comment ai-je bien pu louper ce topic ?!

J'adore ton histoire, tu écris et tu exprime bien les sentiments, j'ai presque pleurée au premier chapitre (c'est très rare que je pleure pour des livres, films, etc.) Rolling Eyes
J'ai hâte de lire la suite c'est un super beau boulot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari
Interressé
Interressé
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : Alsace (68)
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   Dim 29 Avr - 10:30

Ho *O*
Je m'attendais pas du tout à pouvoir donner ce genre de sentiments à quelqu'un dans mes récit, je suis flatté et surprise aussi, vraiment contente ^^
Bon les débuts c'est toujours un peu compliqué, il faut dévoiler des truc sans trop en montrer pour garder du mystère pour les évènements a venir , surtout quand ils seront adulte (bientôt la partie Hibari ^^ )

Sinon, faudra s'attendre a du comique entre les deux, surtout a cause du caractère de Hibari (qui rappelons le est un ado XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fan fic Hibari/Gareki. Chp.5 "Banissement temporaire" (p3)
» CYCLODODECANE . (protection temporaire)
» Problème résolu ce jour & Banissement d'un membre
» SDF TEMPORAIRE
» Katekyo - Protection rapprochée - Hibari/Tsuna/Mukuro - G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Passion des BJD :: Divers :: Oeuvres-
Sauter vers: